Harry, un ami qui vous veut du bien: Pulsion destructrice et réalisation de soi

harry_un_ami_qui_vous_veut_du_bien

Harry possède une idée simple : détruire radicalement tout type d’opposition afin de libérer les potentialités libres de l’esprit. En cela, il est l’incarnation, la personnification d’une pulsion morale et psychologique d’affirmation de soi totalitaire, amorale et artistique. De ce point de vue, le bonheur ne peut être conçu que comme « disproportion »: l’homme de la proportion, des compromis et des règles ne peut être heureux, il lui faut nécessairement ajouter le potentiel d’action supplémentaire, un brin de démesure et de scandale, pour ne pas viser l’équilibre mais la victoire. L’équilibre, dans une philosophie de l’excès, ne peut avoir de valeur que négative : elle est avant tout tiédeur, indécision, mollesse morale qui ne peut produire aucune action bénéfique. Ménager ne sert à rien, il faut castrer, éradiquer ce qui s’oppose à soi.
Extérieurement cette pulsion s’exprime par le meurtre (dans le film, des parents et du frère). Intérieurement en revanche, elle s’exprime par la jugulation des pulsions contraires et aliénantes. Cette destruction des forces perturbantes peut autant se lire sur le mode littéral (la famille) que figuré (les passions, les distractions).

Néanmoins, la radicalité Harry finit par elle-même subir une destruction finale qui permet un rééquilibrage mental assainissant des fonctions psychiques de Michel. Dialectiquement, il n’est pas étonnant que la tendance destructrice doive elle-même subir un terme lorsqu’elle menace la réalité et l’identité de Michel (dont le caractère change et s’obscurcit progressivement dans la folie).

Harry, en mourant, confirme une logique imparable d’homéostasie psychologique : il est mort dans la mesure où sa mission est pleine, mais sa mort n’est en définitive qu’une latence (il est momentanément refoulé, refoulement qui dans le film correspond à l’enterrement). La fin du film reflète donc la synthèse entre l’esprit trop conciliant et la pulsion destructrice, synthèse qui équivaut à un équilibre optimal de la psyché de Michel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s